Curry d’hiver au chou-fleur

Curry je t’aime, curry je t’adore.
Je pourrais manger du curry tout le temps. Et un jour peut-être je m’en lasserais… comme ma grande n’en peut plus de manger de la pizza le dimanche soir. La vie n’est pas toujours simple.

En janvier, si nous faisons la liste des légumes de saison et que nous la confrontons à mon envie de curry, ça donne curry de chou-fleur. J’avais une autre recette avant (avec de la sauce tomate), mais celle-là est vraiment mieux.

Coupe ton chou-fleur en fleurs ainsi que deux branches de céleris en tronçons (grands si tu ne les manges pas, fins si tu les manges).
Blanchis ça à l’eau bouillante salée (10 min) et égoutte.

Dans une poêle, faire revenir 1 oignon haché. Ajoute du gingembre (râpé c’est meilleur) et une cuillère de pâte de curry (ou des épices à curry). Ajoute une boite de lait de coco et un zeste de citron (s’il est bio).
Ajoute les légumes égouttés : chou-fleur et céleri, une boite de pois-chiche et une de petits pois (ou une poignée de petits pois surgelés).
Laisse cuire encore 10 min, le temps de faire le riz.

Ceci est une libre inspiration de la recette du blog Marciatack, dont je vous propose à votre tour de vous inspirer librement.

Gnocchis à la courge butternut

Profitons de ce dernier jour de congé pour acquérir un nouveau savoir faire. J’ai fait des gnocchis !! Au prix où l’on achète ça dans les supermarchés, ça fait longtemps que je me dis que ça serait bien d’en faire. Et là, j’avais dans le frigo une demi courge butternut cuite au four il y a 2 jours.
Du coup, gnocchis à la courge, c’est encore bien plus cher que des gnocchis basiques au magasin bio. Banco !

J’ai cuit 400g de pommes de terre au four. Après refroidissement, je les ai épluchées et écrasées à la fourchette avec mes 400g de courges restant. J’ai ajouté deux jaunes d’oeufs, sel, poivre, une pincée de cumin. Mélange de tout ça…
Ensuite, j’ajoute 400g de farine, mais il faut amalgamer à la main à ce stade.

Quand la pâte devient ni trop farineuse, ni trop collante, former des boudins sur la table, couper en bouts puis rouler sur une fourchette. Pour faire l’aspect gnocchis. N’hésitez pas à fariner les gnocchis pour éviter qu’ils ne collent au plat.

Cuire 1 min, le temps qu’ils remontent à la surface de l’eau bouillante, égoutter puis faire revenir à l’huile d’olive pour les dorer.

Je vous conseille de faire une sauce à côté, ou une salade verte, sinon, c’est un peu étouffant/bourratif. D’ailleurs, on en a tous mangé moins que prévu : je dirais qu’il y en a pour 5 ou 6 personnes.

Petits pains aux épinards

Pour cette recette, j’ai repris la base de pâte des petits pains à la viande et un test que j’avais fait de calzone aux épinards.
pain_epinards
La pâte de base est une pâte levée briochée et qui peut être utilisée avec toutes les garnitures possibles et imaginables, légumes, viandes, herbes et même fruits.
J’utilise la machine à pain, mais c’est toujours faisable à la main en gardant à l’esprit la règle de base : ne pas mettre en contact directement sel et levure/levain.
Les ingrédients sont : 300g de lait, 150g de beurre, 2 œufs, 2 cuillères à café rases de sel, 600g de farine + 15g de levain fermentescible (ou levure de boulanger, environ 12g). Faire la pâte et laisser monter 2/3 heures.

Pendant ce temps, préparer la farce.
Ici, j’ai utilisé un gros saladier d’épinards du jardin (j’aurais pu en prendre un peu plus, mais le saladier atteignait le maximum de ses capacités), quelques feuilles d’oseilles. On peut utiliser des feuilles de bette, de la bourrache, etc…
J’ai fait revenir dans l’huile d’olive un oignon, une échalote, une gousse d’ail, et les feuilles coupées en grandes lanières.
Là-dessus, j’ai salé, poivré, mis des graines de sésame et un pot de mascarpone dont la date limite arrivait rapidement. Sinon, j’aurais mis de la crème fraiche. Sans oublier environ 150/200g de Comté râpé (mais ça marche avec pas mal de fromages, tomes ou chèvres).

Le mélange doit être tiède au moment de farcir.

La pâte à pain doit être divisée en 16, étalée en 16 ronds : la farce est posée d’un côté, refermé avec une simple pression ou un revers de la pâte. J’appuie un peu sur le chausson pour répartir la garniture. L’avantage de cette pâte sur la pâte à pizza est qu’elle est moins fragile, mais sinon, je crois que je préfère finalement les calzones.

pain_epinards_avt
Les pains peuvent être dorés avec un jaune d’œuf et un peu de lait.

Cuisson 13min environ (surveille au lieu de me croire sur parole) et à 220°.

Curry de potiron

Aujourd’hui, je vous partage une recette que j’ai trouvé sur Pinterest et dont je ne peux plus me passer. Elle vient du blog ilenfautpeupour.canalblog.com, donc je ne vais pas vous faire un copier-coller, mais j’ai tellement peur de perdre l’adresse ou la recette, qu’il me la faut dans mes petits papiers absolument. D’autant que le site n’a pas été mis à jour depuis 2011… l’angoisse !

Je ne pensais pas que le potiron était un légume qui se prête bien au curry, mais j’avais cette année dans le jardin un potiron qui s’est magnifiquement accommodé à ce plat : la chair doit rester ferme, car le plat étant encore meilleur réchauffé, si le potiron part en purée, tu vas te retrouver avec de la soupe… Bref, tu peux utiliser de la courge, du potiron, ce que tu as, environ 1,5 kg.

Globalement, je vous résume, mais pour la recette complète, allez voir la version originale sur le site.

Tu fais revenir 2 oignons émincés dans de l’huile et tu ajoutes un poivron rouge émincé aussi. Ne faites pas dorer, ça doit revenir tout doucement. Ajouter du gingembre (lamelles fraiches, rapûres fraiches ou en poudre) et éventuellement 2 bulbes de citronnelle (perso, j’en n’avais pas de citronnelle, mais le plat est quand même super bon). Laisser cuire 5 min.
Ajouter deux cuillères à café de curcuma, une cc de cumin, une cc de coriande en poudre.
Ajouter 800g de tomates en cube, ou une boite de tomates si c’est l’hiver. Laisser cuire 5 min.

Ensuite, la recette conseille d’ajouter 400ml de bouillon de légumes. ça peut paraître beaucoup-beaucoup, ça m’a fait cette impression les deux fois. En réalité, cette sauce est tellement bonne que ce n’est pas gênant s’il y en a trop, mais en fait, à la fin, tu te rends compte qu’il n’y en a pas trop. Donc, voilà, tu vois, soit tu mets ça, soit tu mets moins.
C’est là que tu vas mettre ta citrouille en dès, genre 3/3 cm pour te donner une idée, mais ne t’embête pas à les mesurer, c’est juste une indication, car certains pensent qu’un gros dés, c’est 6/6 quand d’autres pensent que c’est 2/2. Soyons précis. Ceci dit, ça dépend de la taille de la bouche des uns et des autres aussi. Donc, avant, mesure la bouche des convives.

Bon, revenons à notre recette, tu mets des dés dans le bouillon (+ sel et poivre en fonction de l’assaisonnement du bouillon : les bouillons cubes du commerce sont parfois déjà bien salés).
Là, tu vas pouvoir prendre une pause de 20 à 25 min ou faire le dessert. Le curry doit mijoter à petit bouillon et le potiron rester en dés. S’il se dépiaute (s’il part en purée quoi), arrête la cuisson avant !

Il reste à ajouter une boite de lait de coco et bien mélanger (la recette initiale propose de mettre ici un jus de citron vert, je n’en avais pas, ça n’a pas manqué), réchauffer un peu avant de servir si nécessaire. Un riz basmati convient à merveille.

Pour l’aspect, le goût et la santé, c’est mieux servi avec des herbes émincées dessus (persil, coriandre, menthe).

Le curry de légumes facile

Quel est le point commun entre la pizza, le risotto et le curry ?

Ce sont des plats qui s’adaptent à ce que l’on a dans le frigo. Et ça, c’est vraiment génial, d’une part pour éviter de gâcher ce qu’on a acheté, ou tout simplement pour faire un super plat à partir de quasiment rien.

Le curry se fait à base des légumes que vous avez (perso, je n’aime pas mettre de pommes de terre, mais pourquoi pas), de la poudre de curry et du lait de coco. Voilà, c’est tout.

Bon, si vous insistez, je détaille, mais ce n’est pas sorcier et le résultat à midi était vraiment très très sympa.

J’ai utilisé une échalote émincée revenue à l’huile neutre (vu que j’avais la flemme de descendre à la cave chercher un oignon), + 1/2 poivron vert (l’autre moitié était abîmée), deux courgettes en petits dés, une pomme en petites lamelles, et une demi-boite de petits pois (l’autre a été réquisitionnée par Lucie qui n’aime pas le reste des légumes).

J’ai cuit tout ça 20 min environ en mettant les légumes dans cet ordre là. J’ai saupoudré de curry (la dose dépend du goût et de la qualité du curry), et j’ai ajouté une petite brique de lait de coco. J’ai encore laissé un peu, genre 7 min.

Cela nous a servi d’accompagnement pour les pâtes et c’était vraiment bon. Saupoudrer de persil ou de coriandre au moment de servir est un petit plus.

Risotto fond de frigo

Quand le frigo est vide et que personne n’est allé faire les courses…

Ah non, il reste là-bas au fond une carotte, un demi-poireau. Je vais bien trouver un oignon quelque part.

Et puis dans le jardin, je repère quelques feuilles de bettes vertes et de plus près, je vois quelques feuilles d’oseille.

Je prends deux feuilles de sauge en passant et je sais que l’on va manger mieux que bien.

Emincer l’oignon et faire revenir dans de l’huile d’olive avec les deux feuilles de sauge coupées très fines.

Ajouter la carotte en tous petits morceaux, puis le poireau.

Ajouter le riz, à risotto (ou riz rond) 1,5 à 2 verres. Bien remuer le tout à chaque ingrédient ajouté.

Ajouter pour finir les feuilles de bettes en fines lamelles.

Faire chauffer de l’eau avec un bouillon cube.

Verser le bouillon sur le riz et les légumes jusqu’en haut. Couvrir et laisser absorber tout le liquide.

Goûter et ajouter du bouillon si le riz n’est pas cuit.

Servir bien chaud avec des feuilles fraiches ciselées (persil ou ici l’oseille trouvée au jardin) et du Comté rapé (ou du bon fromage qui se fait de part chez vous quoi !).

Les légumes peuvent être remplacés par d’autres sans problème. Il faut au départ un poireau et/ou un oignon qui revient dans la matière grasse. L’herbe fraiche non cuite sublime le plat. Et le fromage l’enrichit. Miam.

Réchauffable sans problème au four (à faire gratiner avec parmesan ou Comté).

Gratin de côtes de bette

Les bettes sont composées de 2 parties, la côte, tige plate et blanche et les feuilles, vertes foncées.
En général, nous ne mangeons que les côtes. Mais voici une double recette pour accommoder les feuilles également.
Éplucher les bettes, en mettant les feuilles d’un côté et en enlevant les parties moches des côtes. Couper les côtes en morceaux et cuire 10 min. Égoutter et mettre au four avec une béchamel. Cuire 20 min et c’est prêt !

Risotto de bettes
Faire revenir un oignon jusqu’à ce qu’il soit translucide et ajouter les feuilles émincées. Quelques minutes après, ajouter un petit verre de riz et une gousse d’ail pressée.
Laisser revenir encore un peu.
Ajouter un peu de bouillon de légumes progressivement sans noyer le mélange, régulièrement jusqu’à ce que le riz soit cuit.
Au moment de servir, ajouter du persil haché.

Cornichons à froid

L’année dernière, juste pour tester, j’ai planter un pied de cornichons. Sans difficulté, les cornichons ont poussé et je les ai mis dans le vinaigre (spécial conserves quand même) histoire de voir. Verdict, ils sont trop foooooorts, ça piiique. Bon.

Cette année, j’ai mis 2 pieds de cornichons, pour tester la conservation. Et voici la recette, à froid, la plus simple pour ceux qui récoltent tous les 2 jours. Les cornichons poussent très vite, mais pas tous en même temps, j’ai donc utilisé une recette progressive, où j’ajoute jour après jour les cornichons à point.
cornichonJ’utilise un vinaigre spécifique pour cornichons, mais il est à 8° et il vaut mieux que le mélange soit autour de 4°. Je le complète donc avec de l’eau. Selon que vous aimez les cornichons bien relevés ou plus doux, je vous laisse estimer le pourcentage d’eau ajoutée. Je prépare donc la moitié d’un bocal avec :
– vinaigre + n% d’eau
– graines de coriandre,
– grains de poivre,
– 2 feuilles de laurier,
– 1 petite branche de romarin,
– 3 oignons mini en surnombre dans le jardin
– et 2 gousses d’ail.

Je ne le remplis pas car sinon, il n’y a plus de place pour les cornichons bien sûr ;)

Les cornichons cueillis, je les brosse à la brosse à légumes : ils deviennent vert vif, très beaux. Malheureusement, ça ne va pas durer. Le vinaigre va les rendre vert caca d’oie, misère ! Je les mets dans le bocal, puis le bocal à l’abri de la lumière. Et dès que je récolte d’autres cornichons, je les brosse et hop dans le bocal jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de place. Avec 2 pieds, je mets 10 jours à remplir le bocal en pleine saison. Compter 3 mois avant de déguster.

Je ne m’embarrasse pas de stériliser, le vinaigre jouera ce rôle.

Le bocal de gauche est tout neuf avec des cornichons du jour, le bocal de droite sera mangé dans 7 semaines.

Et comme il arrive qu’on manque un cornichon, certains dépassent la taille requise. Ils finiront donc à la façon aigre-douce, que je vous raconterai dans un épisode à venir ;)

Salade marocaine aux carottes

C’est une salade excellente et qui se prépare la veille. La préparation est également très rapide, bref, elle est extra.

Faire cuire 500g de carottes (environ pour 4) entières (enfin, épluchées quand même) durant 15 min. Les carottes ne doivent pas être trop cuites. Rincer à l’eau très froide. Couper en rondelles et mettre dans le saladier.

Ajouter de l’huile d’olive, le jus d’un demi-citron (une grosse cuillère à soupe), du cumin (une petite cuillère à café) et de la coriandre hachée, sel et poivre. Mélanger et garder au frais.

C’est bon, c’est beau, ça sent le soleil…. et j’ai pas pris de photos.

Salade rose en hiver

Pas beaucoup de légumes en hiver, et pourtant certains jours, nous avons envie de fraîcheur. Et ça tombe bien, car j’ai inventé une salade hyper rafraîchissante avec les légumes de notre cagette quotidienne.

Cuire (45 minutes dans l’eau) et couper en petits cubes 2 betteraves rouges.
Râper 3 radis noirs épluchés et mélanger aux cubes de betteraves.
Ajouter une sauce avec un yaourt, du fromage blanc ou de la crème (+ huile + moutarde).
Elle se garde au moins deux jours et c’est un régal.