L’Europe au secours des consommateurs

Nous, on avait confiance dans notre gouvernement, dans nos experts, nos groupes nationaux de réflexion sur la nutrition, dans l’exception française à « manger, mais bien manger », à rester sveltes et beaux malgré la déliquescence des régimes alimentaires des plus jeunes. Ben voilà, c’est fini.C’est la cour européenne qui arrive à notre rescousse et interdit les promesses nutritionnelles complètement fantaisistes dans les publicités et sur les packaging de nos aliments.
Quand vous entendez que le NutHélas est plein de bonne énergie pour penser et se dépenser, traduisez par plein de graisse et de sucre, c’est à dire, de calories. Quand vous lisez que la sucette   est 0% de matière grasse, c’est pas parce qu’elle est light, mais déjà 100% de sucres. Quand vous voyez un yaourt allégé en graisse, n’oubliez pas qu’il est plein de sucres et de très mauvais sucres édulcorés. Bref, on vous fait manger n’importe quoi sous prétexte que c’est bon pour votre santé. Et vous, comme des imbéciles, vous acheter des trucs lights, naturels, allégés, sans traitement après traitement au lieu de vous bouger les fesses pour aller acheter des frais légumes et des vrais fruits, ou des vrais morceaux de viande provenant d’un vrai animal qui a vécu une vraie vie dans une ferme à moins de 100 km de chez vous.

En bref, nous sommes des bons petits moutons, on mange ce qu’on nous vend à prix d’or en nous persuadant que c’est bon pour ce que nous avons, et résultat, les français avec leur soi-disant mystère de la bonne gastronomie engraissent de 6% de plus par an.

N’oubliez pas que les pays qui mangent le moins de produits laitiers sont ceux qui ont le moins de cas d’ostéoporose (le Japon par exemple). Et ça fait 60 ans qu’on essait de nous faire croire le contraire en France….

Article sur i-dietetique.com, Allégations nutritionnelles, les députés européens adoptent un nouveau réglement
Article sur Le Monde, Moraliser la publicité alimentaire.

Repas au bureau

Repas de midi : il faut arrêter de manger dans des p’tits restos de proximité des assiettes de pâtes à 8,5€. C’est un scandale pour le porte-monnaie, ma réputation de gastronome et l’arrivée des tshirts courts et vêtements légers.

lunchboxDonc, le principe est de faire des salades et des lunchs box pour la pause de midi. Ici, 2 salades différentes, séparées par une feuille de salade.

En dessert, une pomme cuite en petits morceaux à la casserole, avec de l’extrait de vanille et un peu de cannelle, saupoudrée de graines de sésame complètes.
(je rappelle que les fruits en fin de repas fermentent dans le ventre, le font gonfler, et ne se digèrent pas facilement -> d’où cuisson des fruits pour les desserts)

Je dédicace cet article à l’Espionne, et je suis prête à faire un concours de meilleure salade du monde, bio, sans additif et light.