Le bon rösti de chez nous

Peut-être que vous appelez ça Galette de pommes de terre en Bourgogne mais chez nous, c’est des röstis et je me demande soudain pourquoi je n’en fais pas plus souvent… Si tu n’as rien chez toi, tu as quand même bien quelques patates non ??

C’est très simple, car il faut surtout des pommes de terre et seulement des pommes de terre. Moi j’aime bien rajouter un oignon haché fin et un peu d’ail mais c’est du bonus.

On râpe quelques patates, d’une quantité correspondant au nombre de convives et à leur appétit, et on laisse 5 minutes au repos. Ensuite, pour enlever le jus produit, je roule dans un torchon propre et je remets dans le saladier. Là, j’ajoute oignon et ail, mais surtout sel et poivre. Puis j’étale ça en galette dans une poêle bien chaude avec la matière grasse (au choix et en quantité généreuse, beurre ou huile de colza). Laissez environ 7 min de chaque côté, à feu moyen (enfin, tout dépend de votre plaque de cuisson bien sûr).

Salade d’hiver et d’endives

Après avoir mangé plein de patates et de Mont d’or, de raclettes et de potées, nous voici au mois de mars avec des envies de crudités. Le soleil recommence à nous réchauffer, oui mais voilà : les tomates sont encore très très loin. Cette salade est composée d’ingrédients de saison, mais elle nous apporte de la fraicheur et du peps. Et les applaudissements des convives.

Pour 3 personnes, je coupe 2 endives en tranches fines ainsi qu’une pomme en dés. J’ajoute des dés de Comté.

Pour la vinaigrette, je conseille du vinaigre de cidre, de l’huile de sésame grillé et de la bonne moutarde. Pour finir, parsemez de graines (tournesol, sésame, etc) ou de fruits secs (noix, noisettes, raisins, etc).

Cette salade ne se conserve pas tellement, les feuilles de l’endive noircissent, mais elle est tellement bonne que vous allez finir le plat. Bienvenus au printemps !

Salade Betti-betterave

Prendre deux betteraves cuites et coupées en dés. Les mélanger avec une pomme en dés également. Ajoutez des lamelles de fromage de chèvre (ou des morceaux selon le degré d’affinage). Si vous avez des graines (sésame, tournesol, etc ou en mélange), ça donne vraiment un petit plus à la salade.

Pour la vinaigrette, vinaigre balsamique, huile de sésame, noisette ou olive et de la bonne moutarde.

C’est une salade de fin d’hiver qui nous prépare la saison des salades de printemps, parce qu’en février, on commence à avoir besoin de frais. Évidemment, la betterave n’est pas une crudité, mais la pomme si, et franchement, une bonne salade comme celle-ci va vous booster pour la journée.

Pâte à tartiner aux dattes

Cette pâte à tartiner ne comprend ni sucre, ni gras, mais elle est super bonne quand même. C’est dire que ça sent l’arnaque. Et pourtant, il n’y a aucun piège : c’est la datte qui fait tout le travail, l’onctuosité et le sucre.

Pour démarrer, faites tremper 10 dattes dans du lait végétal. J’ai utilisé du lait de riz, car je trouve le lait d’amande trop sucré. Quelques heures plus tard, sortez les dattes du lait, mais ne jetez pas le lait car il va être encore utile. Il faut mixer les dattes ramollies avec une poignée de noix de coco hachée et une cuillère à café de cacao noir sans sucre (type Van Houten). Pour que le mixage soit plus facile, rajoutez un peu du lait de trempage, jusqu’à arriver à la bonne consistance.

Le volume n’est pas énorme, mais je ne le fais pas d’avance et je n’ai pas testé la conservation sur la durée. Je ne fais la portion pour un repas ou deux jours (conserver au frigo pendant ce délai, j’ai été jusqu’à 4 jours). Vous pouvez aussi tester avec de la poudre de noisettes, moi j’aime moins. Il est possible d’oublier le cacao aussi, ça donne un résultat tout à fait sympa.

Étonnant !! Je suis sûre que vous m’en direz des nouvelles.

Muffin à la crème de marron

Parce que, parfois, il reste des boites de conserve périmées, des fruits oubliés que personne n’utilise, des recettes s’improvisent et wouhahou !

J’ai mélangé : 100g de beurre mou et 60g de sucre, ajouté 3 œufs, un peu de poudre de vanille, une petite boite de crème de marron (dont la date était largement passée, preuve qu’il faut les prendre avec beaucoup de recul ces dates !), 80g de farine et une cuillère à café de levure chimique, une banane trop mûre qui flétrissait dans un coin.

Ces muffins cuits dans des moules en papier 20min environ à 180° se sont révélés excellents !

Bœuf aux oignons

Quand tu habites à la campagne et que tu ne peux pas te faire livrer dans des boites en carton comme dans les films, tu te débrouilles toi-même !
L’avantage de cette recette, au delà de sa simplicité et de sa rapidité, c’est qu’on peut limiter la quantité de viande et optimiser la qualité (tant qu’on y est).

Pour 7 personnes, je prends 400g de filet de bœuf, coupé en lamelles fines. Avec la sauce, les oignons et le riz, c’est largement suffisant pour les sédentaires que nous sommes.
Je prépare
– un bouillon (1/2 cube de miso par ex, ou de boeuf) dans 100g d’eau;
– Un verre d’eau avec 1 cuillère à café de Maïzena;
– Un bol avec 4 cuillères à soupe de sauce soja + 1 cuillère de sucre (plus ou moins grosse selon tes goûts);
– les lamelles de bœuf et 3 oignons émincés ou également en lamelle selon les goûts + une gousse d’ail hachée.

Ok, plein de vaisselle déjà, ça commence bien !
La recette est rapide, donc avant de commencer, prépare en parallèle du riz, ou des nouilles chinoises !

Fais revenir les oignons quelques minutes pour les translucider un peu (4 min), ajoute le bœuf pour le cuire sans le griller, avec l’ail, du gingembre haché (ou en poudre, mais bon, ça n’a rien à voir…)(5 min en remuant).
Ajoute la sauce soja et le bouillon et faire chauffer quelques minutes en remuant.

C’est presque prêt : Juste avant de servir, ajouter le verre avec la maïzena bien dilué, qui va faire épaissir la sauce (1 à 2 min).

Pour finaliser en beauté, il est toujours possible d’ajouter une petite herbe (coriandre, persil, basilic) selon tes goûts et ce que tu as au jardin/congél au moment de servir.

Cette recette est librement inspirée du blog « ça croustille« , même si elle ne croustille pas finalement. Bref, je la garde sous le coude, parce qu’il y en a marre des supers recettes que tu trouves dans des blogs qui disparaissent tout d’un coup avec ta recette.

Curry d’hiver au chou-fleur

Curry je t’aime, curry je t’adore.
Je pourrais manger du curry tout le temps. Et un jour peut-être je m’en lasserais… comme ma grande n’en peut plus de manger de la pizza le dimanche soir. La vie n’est pas toujours simple.

En janvier, si nous faisons la liste des légumes de saison et que nous la confrontons à mon envie de curry, ça donne curry de chou-fleur. J’avais une autre recette avant (avec de la sauce tomate), mais celle-là est vraiment mieux.

Coupe ton chou-fleur en fleurs ainsi que deux branches de céleris en tronçons (grands si tu ne les manges pas, fins si tu les manges).
Blanchis ça à l’eau bouillante salée (10 min) et égoutte.

Dans une poêle, faire revenir 1 oignon haché. Ajoute du gingembre (râpé c’est meilleur) et une cuillère de pâte de curry (ou des épices à curry). Ajoute une boite de lait de coco et un zeste de citron (s’il est bio).
Ajoute les légumes égouttés : chou-fleur et céleri, une boite de pois-chiche et une de petits pois (ou une poignée de petits pois surgelés).
Laisse cuire encore 10 min, le temps de faire le riz.

Ceci est une libre inspiration de la recette du blog Marciatack, dont je vous propose à votre tour de vous inspirer librement.

Pâte à tarte feuilletée rapide

Pour une tarte à la dernière minute, une pâte facile à travailler, et sans trop de matière grasse, voici cette super recette.
J’ai utilisé un mixer, mais on peut aussi utiliser ses mains je pense :

Mélanger 3 petits suisses à 40% de mg, 180g de farine, 90g de beurre et une pincée de sel.

Elle est utilisable de suite, et peut servir à faire de petits gâteaux sucrés ou salés (selon qu’on rajoute du sucre, du sel, sésame, fromage, etc) avec les enfants, car la pâte se tient très bien .
Selon les petits suisses utilisés, elle peut être à peine acide : prenez les plus gras possible, ça sera meilleur.

Aubergines bolognaises simplissimes

C’est une recette rapide mais tellement délicieuse qu’elle peut être servie avec fierté à des invités.
Avant toute chose, n’oubliez pas que l’huile d’olive n’est pas votre ennemie. Ok ?

Pour 4 personnes, j’ai pris 2 gros aubergines (mais ça se réchauffe, donc n’hésitez pas à augmenter la dose) et je les ai épluchées (je préfère, mais c’est au choix), coupées en tranches de 1cm, étalées sur une tôle de four, salées, huilées et passées au four à 210g. Quand la face A commence à être cuite (à la couleur qui commence à changer). Retournez, salez et rehuile d’olive sur la face B : cuisson. Il m’a fallu deux plaques de four que j’ai mis à deux étages différents sans problème sur la cuisson. Elles réduisent de diamètre au fur et à mesure.
Les deux faces ont dû prendre 40 mn environ.

Dans un plat à four, je mets une bonne couche de mes tranches d’aubergine, puis de la sauce bolognaise (maison ou un pot bio, je trouve les autres moins bonnes au goût), puis une couche d’aubergines et finir avec de la sauce.
Une sauce tomate parfumée aux herbes fonctionne bien aussi.
Les plus gourmands peuvent finir par une couche de parmesan ou de fromage de chèvre.
Repassez le plat au four le temps que le tout soit bien chaud (15 min à 200°).
Si vous servez avec une salade verte, c’est vraiment la classe.

Gnocchis à la courge butternut

Profitons de ce dernier jour de congé pour acquérir un nouveau savoir faire. J’ai fait des gnocchis !! Au prix où l’on achète ça dans les supermarchés, ça fait longtemps que je me dis que ça serait bien d’en faire. Et là, j’avais dans le frigo une demi courge butternut cuite au four il y a 2 jours.
Du coup, gnocchis à la courge, c’est encore bien plus cher que des gnocchis basiques au magasin bio. Banco !

J’ai cuit 400g de pommes de terre au four. Après refroidissement, je les ai épluchées et écrasées à la fourchette avec mes 400g de courges restant. J’ai ajouté deux jaunes d’oeufs, sel, poivre, une pincée de cumin. Mélange de tout ça…
Ensuite, j’ajoute 400g de farine, mais il faut amalgamer à la main à ce stade.

Quand la pâte devient ni trop farineuse, ni trop collante, former des boudins sur la table, couper en bouts puis rouler sur une fourchette. Pour faire l’aspect gnocchis. N’hésitez pas à fariner les gnocchis pour éviter qu’ils ne collent au plat.

Cuire 1 min, le temps qu’ils remontent à la surface de l’eau bouillante, égoutter puis faire revenir à l’huile d’olive pour les dorer.

Je vous conseille de faire une sauce à côté, ou une salade verte, sinon, c’est un peu étouffant/bourratif. D’ailleurs, on en a tous mangé moins que prévu : je dirais qu’il y en a pour 5 ou 6 personnes.